Chapelle Saint Brandan

Dans son écrin de verdure, la petite chapelle Saint Brandan, (Saint Brandant selon l’Inventaire général, Saint-Brendan selon le Patrimoine des communes du Morbihan) était bien atteinte par les outrages du temps et, en 1989, l’Abbé Emile-Noël GUEGAN, recteur de la paroisse, secoua fortement les habitants du quartier pour une prise en charge de ce patrimoine religieux. Une association est créée « sur le champ » et son premier président, Michel LE BARZ, entreprend des travaux de réfection de la toiture pour une mise hors d’eau. Des travaux identiques avaient été réalisés en 1917. Puis, suivront de lourdes dépenses de maçonnerie et autres « en urgence » : portes d’entrée et latérale, dangereux clocher (la cloche est restée muette à plusieurs pardons !), confection de bancs, croix de procession, autel en pierre, vitrail de saint Brandan, illuminations, bannière, etc…

Cette chapelle, daterait de la fin du XVIIe siècle, bien après les voyages que fit saint Brendan, au Vie siècle, sur son coracle, voguant vers les Amériques. Une embarcation de pierre bordée de peaux de bœufs tannées….

Saint Brendan d’origine irlandaise (484 à 578 environ), est invoqué pour guérir les plaies et les ulcères. Grand navigateur Celte et évangélisateur de l’Armorique, anciennement il était fêté le 14 juin, aujourd’hui on opte plutôt pour le 16 mai (calendrier julien et grégorien).

Une cloche fut bénie le 18 juin 1742 dans l’église de Langonnet. Elle est baptisée du nom de : « Paule-Françoise ». Le parrain est le Révérend Père Paul-François Perrin, docteur en Sorbonne et Prieur de l’Abbaye de Langonnet ; la marraine, la demoiselle Françoise Abevin, femme du sieur Guihur.

Aux plus beaux jours, le placître offre l’aspect d’un entretien régulièrement gazonné et fleuri.

Une borne trilingue commente brièvement le périple de saint Brandan.

Les statues de la chapelle – Sainte-Marguerite (datée environ XVIe siècle), un Saint Evêque non identifié (environ XVIIe siècle), une Vierge à l’enfant (fin XVIe). Le saint Evêque est en cours de restauration. Saint Adrien, patron de l’édifice (XVIe) coiffé d’une toque, revêtu d’une armure, d’un manteau, tenant un bouclier de la senestre, une hallebarde dans la dextre, épée sur baudrier. Ces statues font actuellement l’objet d’une attention particulière en vue de leur restauration complète. Un inventaire a été fait de tout ce patrimoine.

La fontaine (non datée) est située à l’Est, en contrebas de la Chapelle avec, dans sa conception d’origine, son bassin rectangulaire couvert partiellement de dalles monolithes soutenues par piédroits. La restauration, programmée en 2006, a vu son inauguration lors du pardon de 2007. Un ouvrage réalisé tout en pierre, œuvre de Maurice HELLEGOUARC’H qui, l’année suivante a érigé une voûte en pierre à proximité de la fontaine. Une richesse de plus au patrimoine d’après le projet esquissé de notre ami Robert BOEDEC. († 2006). Un cartel indique succinctement les fondements de cette réalisation. Une statuette (offerte) représentant le moine Saint Brandan, a trouvé sa place dans la niche.

Le pardon a lieu tous les ans à la même date, le deuxième dimanche de juillet. La célébration débute par la procession à la fontaine, à 11 h, suivie de la messe solennelle du pardon. Depuis quelques années, y sont célébrés des baptêmes (trois dès le 1er pardon de 1989 ; d’ailleurs, l’un des baptisés porte le beau prénom de Brendan). Les vêpres sont chantées à 15h.

__________________________________________________________________

Pardon 2018