Chapelle Saint Maurice

Au XVIIIe siècle, l’église de l’abbaye, ou Abbatiale, fut construite dans le même style que la salle du chapitre et devait se présenter comme un superbe vaisseau de style gothique. Mais hommes et événements se sont particulièrement acharnés contre elle.
Après leur arrivée en 1858, le premier souci des missionnaires spiritains fut de restaurer la chapelle. Le style adopté fut une imitation du baroque ou « rococo ». L’art baroque cherche à frapper l’imagination par des effets de masse (colonnes, grandes statues), par la richesse et l’exubérance du décor: dessins partout, dorures… Les statues volantes avec amples draperies font aussi partie des éléments décoratifs.

Incluse dans l’ensemble architectural de l’abbaye de Notre Dame, la chapelle édifiée sur l’ancienne chapelle Saint Maurice, adopte un plan rectangulaire. L’élévation ouest présente des pilastres à bossage en table portant un entablement et un fronton triangulaire à ressauts latéraux. Le porche récent est plaqué contre le mur. Les élévations latérales sont percées de six fenêtres plein-cintre.

Le vaisseau unique est couvert d’un lambris en berceau segmentaire peint. Le chœur est plus étroit que la nef. Le chœur liturgique est limité par un emmarchement et une grille.

Le dernier dimanche de juillet est consacré au pardon de Saint Maurice. Il s’agit à n’en pas douter de la manifestation commémorative la plus ancrée dans la culture locale, en souvenir de Maurice Duault, second abbé de l’abbaye, porté à la sainteté par la ferveur populaire.


A voir dans la chapelle:

  • Un gisant de St Maurice avec une brève biographie déposée à côté de la sculpture funéraire couchée
  • Un vitrail qui rappelle des miracles attribués à St Maurice en particulier celui où il rendit la vie à un enfant noyé
  • Un gisant de St Octave sous le maître-autel
  • Les stalles datant de 1920-1922 qui sont l’œuvre des frères spiritains