Skip to content

La Trinité Langonnet

La Trinité Langonnet

L‘église de la Trinité (XVIe siècle), construite au début du XVIe siècle par les abbés de Langonnet, comme nous l’indique une longue inscription gravée sur une pierre extérieure à l’angle du choeur et du croisillon Nord : « A toutz et chacun vrois catholique sont octroyé a chacun jour et feste de monseigneur saint Jean l’evangeliste, a chacun mardi de Pasques, les jours de la Trinité, les jours de la Toutzsaintz, le jour de la dedicacion de ceste chapelle, céans, V centz jours de vroy pardon, par une bulle datée le XXVe jour de septembre l’an Mil V centz, par le pape Alexandre, et aussi le jour de la Toussaintz. Plus sont concédés et octroiés par ledit pape et par une aultre bulle a checun desditz jours et fest de la Toussaintz, le jour de saint Jehan l’evangeliste, le jour de la Trinité, a la nativité de saint Jean Baptiste, à l’Exaltacion de la sainte Croés, a la dedicacion de ceste chapelle de la Trinité de Bezuer, en la paroesse de Langonet, aux bienfaiteurs de céans, M V centz jours de vroy pardon et indulgence, donnantz leur devocion pour la soutenance de ceste chapelle« .

Il s’agit à l’origine d’une chapelle de la Trinité Bezver, édifiée en 1492 par Vincent de Kergoët, abbé de Langonnet. Elle n’est pas achevée avant 1568. Elle est en partie achevée par l’abbé Yves de Boutteville dont les armes étaient encore au sommet de la maîtresse vitre au XIXe siècle. Elle devient en 1802 le siège d’une petite paroisse, toujours rattachée à la commune de Langonnet dont elle n’était auparavant qu’une simple trêve. Il s’agit d’un bel édifice comprenant une nef, un transept et un chœur polygonal, dont la décoration flamboyante, mêlée de quelques éléments Renaissance, est fort riche, mais le portail méridional à deux baies en anse de panier sous un grand arc brisé en accolade, le tout abondamment décoré, a seul été terminé. Le portail occidental et le clocher carré qui le surmonte sont restés inachevés. Les fenêtres, à réseau flamboyant, sont surmontées à l’extérieur de pignons décorés de crochets et d’animaux.

Un petit porche, au Sud, a été rajouté en 1742. En 1568, la chapelle est couverte d’une charpente aux entraits décorés de têtes de crocodiles et sablières très finement sculptées de personnages, d’animaux et de scènes diverses, œuvre du charpentier P. Poulichet (ou Polichet). Une sablière est datée de 1568 et signée B. Uliac et P. Polichet : elle présente un décor de têtes humaines, de dragons grotesques et de scènes de chasse. Les lambris de la charpente ont été supprimés en 1970.

Le clocher carré avec baies jumelés date de 1879-1889. De beaux vitraux de la fin du XVIe siècle, œuvre du verrier P. Androuet, ornaient les fenêtres, et ils ont été très endommagés, mais il en restait encore au début du XXe siècle d’importants fragments représentant diverses scènes des vies du Christ, de la Vierge et de saint Jean Baptiste et, au fond du chœur, l’arbre de Jessé. L’écu des Boutteville y est plusieurs fois répété. Il y a lieu de signaler aussi les enfeus et les piscines flamboyantes, de curieux culs-de-lampe sculptés, et les remarquables panneaux de bois des portes.

Le pardon a lieu le dimanche de la Trinité.

__________________________________

Pardon inaugural du 14 juin 2022

Le pardon de la Trinité-Langonnet a été célébré le dimanche 12 juin. Cette année, il a revêtu un intérêt  tout particulier. En effet, après cinq ans d’une complète restauration son église ouvre enfin ses portes aux fidèles et aux visiteurs.

Le père Jean-Yves Le Saux, vicaire général a présidé la célébration, assisté des pères †Hermenégilde Cadouelan, Émile Bigumira curé doyen et Gilles Bolle supérieur de l’abbaye de Langonnet. Près de 350 fidèles ont assisté à la messe animée par la harpiste Camille Le Bris, les sonneurs Jean Broustal et Marcel Herniou, et les organistes dont le jeune Tugdual, âgé de 12 ans.

L’église et la nouvelle bannière paroissiale réalisée par les ateliers Le Minor, ont été bénies au cours de la cérémonie. Gildas Le Minor a rappelé que le dessin était l’œuvre de †Jean Poitel. Sa réalisation avait nécessité trois mois de travail à la jeune brodeuse Apolline Dubosq. « C’est la 50e bannière qui sort de nos ateliers et la dernière pour moi », a confié avec émotion Gildas Le Minor.

À l’issue de l’office, la procession a rejoint la fontaine sur les notes du cantique de la Trinité. Le prêtre a béni l’eau de la fontaine et le feu de joie. Après le Pardon, le repas traditionnel et le récital de CLARISSE LAVANANT ont clôturé la fête

l’église de la Trinité Langonnet (16ème siècle) rouvre ses portes

Après sept années de fermeture dont cinq consacrées à sa restauration remarquable, l’église de la Trinité Langonnet (16ème siècle) rouvre ses portes à l’occasion du pardon traditionnel de la paroisse, le dimanche 12 juin 2022. L’office religieux et la procession précèderont le repas, la visite de l’église, le concert.

Dès à présent, nous attirons l’attention sur l’édition d’une brochure sur l’église en liaison avec quatre étudiantes en master 1 « patrimoine et musées-parcours gestion des patrimoines architecturaux, artistiques et culturels »  de l’université Bretagne Occidentale de Quimper, leur maitre de conférence en histoire médiévale, la médiatrice du patrimoine au Roi Morvan Communauté ainsi que plusieurs membres de l’APPROM (Association pour le patrimoine au pays du Roi Morvan), un projet tutoré a été entrepris depuis septembre 2021; le conservateur du patrimoine a également apporté une Contribution originale. Les recherches décrivent de façon inédite et fouillée les origines et l’ornementation de l’église sans oublier l’environnement immédiat (Menez du, fontaine, localité, pardon, bannière). Le livret de 48 pages sera mis en vente prochainement (5€).

Louis GUILCHET

____________________________________