Le Temps de Carême

Origine et éthymologie

Du latin « Quadragesima » (quarante en français), le Carême renvoie à l’Ancien et au Nouveau Testament. Il rappelle les quarante années que les Hébreux ont passées dans le désert, à la sortie de l’esclavage en Egypte avant d’atteindre leur destination finale, la Terre promise. Le Temps au désert a été fort marqué tour à tour par les privations, la faim et la soif, les tentations multiples, les récriminations sans nombre envers Yahvé et bien sûr les retours au Seigneur par la prière, les supplications et la pénitence. Désert, lieu du péché donc, mais aussi lieu de la prise de conscience de l’Alliance plus forte que l’errance. Mille et une fois le peuple d’Israël s’est « prostitué », et maintes fois il a battu sa coulpe par le jeûne, la prière et à coups des sacrifices.

Le sens premier du Carême

Le Carême fait aussi référence aux quarante jours que Jésus a passé dans le désert à jeûner, à prier et en luttant contre le Tentateur. Le Carême nous met à l’école du Nazaréen pour mieux nous préparer à la fête de Pâques, dans la prière, le jeûne et le partage. Cependant, ce triptyque quadragésimal (prière, jeune et partage) serait une simple coquille vide si elle n’est pas accompagnée d’une authentique réconciliation et d’une véritable pénitence débouchant sur une rénovation spirituelle. Le temps de Carême est donc  un temps d’une intense activité spirituelle qui a pour but de faire la vérité envers nous-mêmes, envers Dieu et envers les frères et sœurs.

L’Eglise universelle nous accompagne dans cette progression vers Pâques en nous proposant des liturgies adaptées centrées sur des lectures bibliques qui nous exhortent à croire à l’Evangile et à changer nos cœurs. La messe chrismale qui aura lieu le mardi 7 avril 2020 à 10 H 30. A cette occasion, Monseigneur Centène consacrera le Saint-Chrême et bénira les nouvelles huiles des catéchumènes et des malades.

Sur notre secteur

A l’échelle de nos paroisses, des chemins de croix ainsi que des célébrations du pardon vous seront proposées. En plus, vos prêtres vous encouragent à la pratique dominicale régulière (à moins que le coronavirus en dispose autrement !) pour mieux vous imprégner de l’amour qui fait de nous des femmes et des hommes nouveaux.

Le CCFD et le Secours catholiques nous suggérerons comment vivre cet amour de Dieu à travers le partage et la solidarité.

Comme tous les ans, ce Carême 2020 s’ouvrira par la messe du mercredi des Cendres. Les cendres sont le symbole de notre péché et de notre fragilité. Nous sommes pauvres et pécheurs, mais nous aspirons profondément à nous lever et à aller vers le Seigneur. Avec le Carême, nous « mourrons » aux péchés pour ressusciter avec le Christ le jour de Pâques. Ainsi donc, de Carême en Carême et de Pâques en Pâques, nous renouvelons notre alliance avec Dieu et pas à pas nous apprenons à devenir son peuple.

Bon Carême à toutes et à tous!

Père Emile BIGUMIRA