LundiSaint

Mardi saint

Place saint Pierre – Rome

Cette photo de la place saint Pierre vide et du pape  François, seul dans la nuit tombante, au cours de la veillée de prière  du 27 mars m’a été envoyée par un ami de la région que cette image avait frappé.

    Au moment où nous entrons dans notre quatrième semaine de confinement elle peut être  le symbole de ce que nous vivons au cœur de ce monde paralysé par un  virus nouveau et inconnu…

   Nous vivons la vie ordinaire de millions de gens, sinon de milliards, avec les problèmes du pain quotidien, d’autres maladies qui frappent à l’improviste, des décès dans nos communes et parmi nos relations, de la difficulté à vivre ce confinement continu dans la solitude ou dans la vie familiale avec les études par internet pour les uns, le travail pour les autres et faut durer… car il semble bien que le confinement risque de durer encore ; nous n’avons pas atteint le pic de la pandémie. Dans d’autres pays c’est encore pire avec un chef de gouvernement, comme Boris Jonhson hospitalisé…

      Notre foi chrétienne nous invite pourtant à être les veilleurs et les gens qui prient pour notre humanité dans la simplicité et la confiance, seuls comme le pape ce soir-là au milieu de la grande place vide et humide ou dans nos familles.

    Dans cette prière, nous pouvons aussi remercier pour ceux et celles qui sont auprès des malades dans les hôpitaux et les cliniques ; ceux et celles qui sont auprès des personnes âgées : infirmiers et infirmières, aides ménagères ; ceux qui continuent leur travail dans les usines agro-alimentaires, les terres agricoles pour les moissons futures. Des gestes de solidarité se manifestent dans la vie quotidienne comme dans l’incendie de Saint-Avé d’en Bas en Plouray. Beaucoup d’initiatives aussi signes de cette solidarité.  Remercier et les confier au Seigneur.

    Aujourd’hui, à Vannes et dans la plupart des diocèses, est célébrée la messe chrismale.

« Les archiprêtres et les nouveaux doyens sont convoqués à la messe chrismale autour de l’évêque, le mardi 7 avril à 11 h à la chapelle du Séminaire, à la Maison du diocèse ; nous serons treize prêtres au total, et nous représenterons tout le presbyterium au renouvellement des promesses sacerdotales. » Le P. Emile représente le doyenné du Faouët (Le Faouët, Gourin, Guémené, Plouray).

L’huile des malades sera bénie par l’évêque à la fin de la prière eucharistique, tandis que l’huile des catéchumènes et le Saint-Chrême seront bénie et consacrée après la communion.

        En temps normal, c’est une belle journée diocésaine avec beaucoup de prêtres, et parmi eux ceux qui célèbrent un jubilé d’ordination presbytérale (25-50-60-75 ans et plus) , les diacres. Mais aussi  des groupes de confirmands avec leurs animateurs et de nombreux chrétiens…

PRESENTATION DE TEXTES POUR LA MEDITATION ET LA PRIERE

     Comme annoncé hier le second Chant du Serviteur (Isaïe 49 , 1-6) qui est la lecture de la messe de ce jour.

Lecture du livre du prophète Isaïe

Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs ! J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi une flèche acérée, il m’a caché dans son carquois. Il m’a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je manifesterai ma splendeur. »

 Et moi, je disais : « Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récompense, auprès de mon Dieu.

          Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »

Un texte qui peut aussi être médité selon la méthode la Lecture divine déjà présentée.

PSAUME DE LA LITURGIE DU JOUR

R/ Ma bouche annonce ton salut, Seigneur. (cf. 70, 15ab)

En toi, Seigneur, j’ai mon refuge : garde-moi d’être humilié pour toujours. Dans ta justice, défends-moi, libère-moi, tends l’oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le rocher qui m’accueille, toujours accessible ; tu as résolu de me sauver : ma forteresse et mon roc, c’est toi !

Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance, Toi, mon soutien dès avant ma naissance, tu m’as choisi dès le ventre de ma mère ; tu seras ma louange toujours !

Ma bouche annonce tout le jour, tes actes de justice et de salut ; Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse, jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles.

On peut prier un psaume en suivant la méthode proposée hier : 1- le Psaume dans la vie d’Israël ; ° 2- Le Psaume dans la vie du Christ ; ° 3- Le Psaume, prière chrétienne pour nous aujourd’hui dans la vie concrète et la vie du monde et de l’Eglise universelle.

INTERCESSION (aujourd’hui, celle des Vêpres, la prière du soir. Ces intentions nous paraissent peut-être éloignées de nos préoccupations. A nous de leur donner chair à partir de tous ceux et celles que nous portons dans nos esprits et nos cœurs…

Regardons celui que nous avons transpercé, et confessons notre foi :

R/ Vraiment, tu es le Fils de Dieu !

° Béni sois-tu, Sauveur du genre humain, pour ta passion glorieuse : — ton sang nous a rachetés. R/

° De ton côté ouvert d’où jaillit l’eau vive, — répands l’Esprit sur tous les hommes. R/

° Tu envoies au monde des témoins de ta résurrection : — qu’ils proclament ta croix victorieuse. R/

° Christ en agonie jusqu’à la fin du monde, — n’oublie pas les membres souffrants de ton Corps. R/

° Toi qui es sorti vivant du tombeau, — éveille ceux qui se sont endormis dans la mort. R/

NOTRE PÈRE

ORAISON 

Aide-nous, Dieu éternel et tout-puissant, à célébrer les mystères de la passion du Seigneur de telle sorte que nous obtenions le pardon. Donne-nous confiance dans cette phrase du chant du serviteur : Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur. Pour nous et pour les autres.

N-B : Comme je vous l’ai déjà dit : chacun connait son appétit et ses besoins spirituels ; prenez ce qui vous aide et fait du bien. Courage et Espérance en lien les uns avec les autres dans notre paroisse virtuelle.