Message de la paroisse virtuelle de Langonnet-La Trinité-Plouray

et autres lieux découverts à marée basse… !

Bonjour! Un message en ce quinzième jour de confinement que nous avons observé et qui nous fait vivre un carême en paroisse, tel  que nous n’avons jamais eu l’occasion de vivre. Notre discipline à suivre les consignes porte sans doute ses fruits…

   La date de Pâques se rapproche (12 avril). Des manières spéciales de célébrées ces fêtes nous sont données par notre évêque. Les jours prochains nous les indiquerons précisément pour nos paroisses. Le P. Emile doit s’y employer.

    Les sacristains de la paroisse de Langonnet, Jean-François, André (cette semaine), Jean-Pierre ouvrent et ferment l’église qui demeure ouverte toute la journée. Merci à eux pour leur service régulier. Je vois que certains, certaines y passent : des veilleuses brûlent, signes de leur visite et de leur prière.

Unis de notre mieux avec notre Père et avec les autres  

 Je  sais aussi, par certains de vos messages, que nous sommes unis dans ces liens et que nous demeurons en lien avec les proches, les voisins et que nous continuons à essayer de savoir ce qui se passe dans le monde… sans céder au pessimisme : les efforts déployés aux différents niveaux en témoignent. C’est vraiment une mobilisation. Merci !

Le sommeil, le rire et l’espérance

     Une vie ‘ordinaire’ de travail, d’étude pour les élèves, collégiens, lycéens, étudiants, pour les temps de prière et de recueillement et de temps passé pour être en lien avec d’autres… !  Mais comme vous, je prends aussi le temps de regarder des émissions distrayantes. Sur Tébé-Sud, j’ai trouvé un feuilleton d’origine écossaise, doublé en breton par Dizale et sous-titré en français. Son titre, BANNAN, en  gaélique, ENEZ, en breton. Je le trouve intéressant sous différents aspects et par la sagesse manifestée par Peig, la grand-mère, chez qui tout le monde passe. Avec en plus, les beaux paysages de l’île de Skye. Visible aussi sur internet.

Comme dit un théologien célèbre  et cela dans sa vie de travail : le sommeil, le rire et l’espérance.

L’EVANGILE DE CE JOUR

« Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS » (Jn 8, 21-30)

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! Fils de l’homme, élevé sur la croix, tu attires à toi tous les hommes. Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! (cf. Jn 12, 32.34)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 8, 21-30)

En ce temps-là, Jésus disait aux Pharisiens : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller” ? »

Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés.

En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. »

Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père.

Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »

Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui. »

Jean place cet échange entre Jésus et les Juifs au cours de la Fête des Tentes aux chapitres 7 et 8 de son évangile. Cette fête célébrait la vie au désert après la sortie d’Egypte ; elle correspondait à la fête  des vendanges. C’est un moment fort de l’opposition entre Jésus et les autorités de Jérusalem. La perspective de la Pâque, six mois après, est déjà présente : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS,»

Et cette expression JE SUIS est une manière de  rappeler celle de Dieu dans la scène du buisson ardent dans l’Exode (Ex 3, 14) 14 Dieu dit à Moïse : « Je suis qui je suis. Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : JE-SUIS”. »

   Mais je vous laisse lire cet évangile ou une partie en utilisant la Lecture Divine. Je joins à ce message cette méthode que le P. Emile nous a  fait connaître que les nouveaux  n’ont pas encore connue.

P. Herménégilde CADOUELLAN

UTILISER LA METHODE DE LA LECTIO DIVINA